vaches au paturageMême si la chute du prix du lait impacte tous les producteurs, l’éleveur laitier de l’ouest gagne plus à développer un système pâturant économe qu’à s’agrandir ! Tel est le constat de l’Observatoire technico-économique du réseau CIVAM sur l’exercice 2015 pour les systèmes bovin lait spécialisés du Grand Ouest. Un message qui détonne tandis que la libéralisation des volumes continue d’accélérer l’agrandissement des moyens de production par actif et les logiques d’investissements censés réduire les coûts de production.

Depuis 2000, l’observatoire technico-économique du Réseau Civam compare les performances des systèmes herbagers bovin lait du Grand Ouest avec les exploitations laitières du Rica*.

Pour résumer, sur l’exercice 2015 :

  • Les agriculteurs herbagers ont mieux résisté à la chute du prix du lait
  • Les systèmes herbagers créent plus de richesse, qui va prioritairement à la rémunération du tra-vail plutôt qu’aux investissements.
  • Les herbagers, même non bios ont une capacité bien supérieure à maintenir et développer l’emploi dans les territoires. Une étude complémentaire révèle aussi que les économies d’échelle ne sont pas linéaires en agriculture. A un certain seuil, l’agrandissement dégrade même la situa-tion financière des fermes. Et les très grandes structures par actif font vivre 2 fois moins d’actifs agricoles sur les fermes et sur les territoires que des petites structures.

Pour aller plus loin, retrouvez :

* Réseau d’information comptable agricole.