herbeDepuis plusieurs années, les Défis Ruraux accompagnent les éleveurs/ses qui souhaitent avancer sur la gestion du pâturage : c’est le fameux « Suivi Herbe ».
A mi-année, des résultats probants sont déjà visibles sur les fermes, et dès la première année de suivi ! Par exemple, du côté de Goderville, l’avancement de la date de mise à l’herbe au printemps aura permis une transition alimentaire plus douce pour les animaux et une pousse plus régulière sur la saison de pâtu-rage. Dans le même secteur, un autre éleveur a même observé une baisse de 30€/1000 litres sur son coût alimentaire en mai par rapport à l’année précédente sur la même période ! Le tout grâce à des économies importantes d’ensilage de maïs et de soja, en organisant mieux le pâturage. Pour d’autres, con-naître un peu mieux les valeurs alimentaire de l’herbe a permis aussi de réduire la distribution de tour-teau de soja ou de colza sur certaines périodes.
Près d’Héricourt-en-Caux, un éleveur est satisfait par la quantité d’herbe présente dans ses parcelles et le retour important du trèfle, alors qu’il a diminué de façon importante la fertilisation azoté. Et puis, il arrive parfois qu’une prairie soit en difficulté : envahie d’espèces peu productives ou indésirables (rumex, ortie…). Avant de la retourner, un diagnostic prairial peut aider à comprendre son dysfonctionnement, et inviter à modifier les pratiques de gestion (fauche, baisse de la fertilisation…). Un des éleveurs accompagnés a donc pu éviter ainsi de devoir la labourer puis la ressemer.
Alors oui, la bonne valorisation de l’herbe demande des connaissances et des savoir-faire (qu’il est tou-jours possible d’acquérir assez rapidement), mais les résultats sont là !

Contact : Céline Déprés