"Solid'Arles joue sa survie sur les exercices à venir" titre La Provence.

A l'origine, ce point de vente bien connu des habitants d'Arles et du quartier de Griffeuille s'était fixé un double objectif : miser sur les circuits courts pour maintenir l'agriculture locale et permettre à chacun d'avoir accès aux fruits et légumes grâce à des prix attractifs calculés en fonction des revenus des consommateurs (bénéficiaires ou non des minima sociaux) en tenant évidemment compte des coûts de production et d'une juste rémunération des producteurs recrutés dans un rayon de 60 km. Ils livrent le magasin une à trois fois par semaine. Second objectif : sensibiliser les familles aux bienfaits du "bien manger" en organisant des animations dans la cuisine pédagogique ouverte aux associations et structures partenaires. Lire la suite.
Aujourd'hui Solid'Arles bat de l'aile : baisse de fréquentation due à une concurrence accrue, visibilité insuffisante, manque de rigueur dans la gestion du point de vente, de ses marges et prix d'achat et baisse des subventions, mais aussi manque de formation du personnel (des contrats aidés qui ne peuvent dépasser 6 mois)
Une situation critique ; mais l'association se donne les moyens de la redresser : recherche active de nouveaux financements et subventions, développement du réseau clients/fournisseurs grâce à un travail sur la qualité et l'adaptation des produits à la demande, maîtrise de la masse salariale, formation continue des salariés, relance de la communication, enfin appel aux bénévoles, adhérents fidèles et nombreux ??? bien décidés à soutenir l'association ."Sans votre participation Solid'Arles ne peut exister" conclut sous forme d'appel le président Henri Tisseyre.

Source : La Provence, 15/06/2015