C'est LSA, magazine des professionnels du commerce et de la distribution qui le titre en "Une" de couverture de son numéro du 14 Mai 2015.
Avec quelques arguments : Un marché en croissance continue depuis 10 ans qui a atteint 5 milliards d'Euros de CA en 2014, qui séduit de plus en plus les consommateurs et en attire de nouveaux : 62 % des français en consomment désormais au moins une fois/mois ; 90 % se déclarent consommateurs occasionnels, avec des achats effectués pour l'essentiel en GMS (80 %, soit près de la moitié des ventes du bio, 25 % dans les magasins spécialisés, 1/3 des ventes, 20 % à la ferme et 18 % chez les artisans commerçants.)

En 2014, on a compté 2000 nouveaux producteurs très inégalement répartis sur le territoire : En 2010, les régions Midi-Pyrénées, Pays de Loire et Languedoc-Roussillon font partie des zones qui concentrent le plus de surfaces bio ou en conversion ; L'Outre Mer et le Nord-Pas-de-Calais sont très déficitaires ;
Un vrai problème, car la production ne suit pas aussi vite que la demande avec une consommation en hausse de 9 % quand les surfaces de production biologique n'ont augmenté que de 4 %. Le seul Biocoop dit avoir besoin de 8000 ha supplémentaires pour couvrir l'ensemble de ses besoins... « Sans négliger que le secteur est potentiellement créateur d'emplois et de richesse pour le pays », déclare Nicolas Bouzou, économiste ,en concluant une étude sur le secteur de la transformation des produits bio réalisée pour Natexbio.

Source : LSA 15/05/2015