Herse étrilleDans le cadre du réseau de fermes Ecophyto 2018 *, un groupe d'agriculteurs s'est constitué. Les Défis Ruraux accompagnent actuellement ces agriculteurs qui réfléchissent à leurs pratiques culturales. Nous organisons avec eux des formations sur les thématiques de la réduction d’intrants au travers de méthodes agronomiques.

L'objectif du groupe est de mettre en place des itinéraires techniques et un système de cultures nécessitant peu d'intrants pour réduire les charges opérationnelles afin d'améliorer les résultats économiques tout en préservant l'environnement.

Logo ecophyto 2018

Contact : Thomas Roland

 

* Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto 2018.

 

Compte-rendus et référentiels techniques

Tour de plaines "vers de terre", avril 2014

versCe mercredi 9 avril le tour de plaines mettait à l'honneur les lombrics. Ces derniers sont surtout actifs de mars à avril lorsque les températures augmentent et que l'humidité du sol se maintient. La période était donc propice aux observations. Plusieurs prélèvements ont été faits sur des parcelles avec un historique différent. Une façon de voir l'effet que les pratiques peuvent avoir sur les populations des vers de terre.

voir le compte-rendu ici

Colza, Objectif "zéro phyto"

 

Essais colza

essais colzaLe colza est une culture emblématique du territoire mais aussi un grand consommateur de produits phytosanitaires (Indice de Fréquence de Traitement de référence en région de 6.45 - Hors herbicide : 4,95, herbicide : 1,5) avec des problématiques importantes sur la gestion des ravageurs.

Plusieurs producteurs des Défis Ruraux conduisent aujourd’hui leurs colzas en réduction d’intrants mais le travail et l’innovation continuent avec pour objectif de réduire au maximum l’usage des herbicides et des insecticides.

Bien évidemment, ces techniques sont à envisager en lien avec une stratégie globale de rotation et de système de culture. Ces avancées sont prometteuses pour évoluer vers plus d’autonomie et de respect de l’environnement.

 

3 techniques ont été testées par nos agriculteurs :

  • Les mélanges variétaux pour éviter le traitement des méligèthes
    Mélanger une variété de colza à floraison plus précoce mais à période de maturité équivalente à la variété cultivée permet de contourner les attaques de certains ravageurs : les méligèthes. La variété fleurissant précocement attire ces insectes qui sont pollinisateurs au stade floraison du colza.
  • Un essai désherbage alterné sur colza
    En partenariat avec le syndicat de bassin versant de Caux Austreberthe, nous avons, testé sur la parcelle d’un agriculteur du groupe, l’usage de la houe rotative sur colza. La stratégie de désherbage testée est la suivante : 2 passages de houe rotative sur des stades précoces du colza suivis d’un herbicide à dose réduite. L’an prochain sera testé un semoir de précision à grand écartement de manière à avoir une couverture optimale sur le rang et à pouvoir biner.
  • Les couverts associés
    Sur une parcelle bio dans le Pays de caux, le colza a été semé en association avec d’autres espèces. Le fait de semer des mélanges à base de légumineuses avec le colza permet de couvrir le sol plus rapidement, de freiner le développement des adventices et de fixer l’azote Ces espèces gèlent et restituent de l’azote au colza au printemps.  

>>> Visualisez le reportage photo commenté
>>> Téléchargez le compte-rendu (bientôt en ligne)

Biodiversité des sols et lombriciens

  • Formation Septembre 2012 

 Co-organisée par les Défis Ruraux et le Lycée de Chambray – qui fait partie d’un programme de recherche autour de la vie des sols -, cette formation avait vocation à rappeler aux agriculteurs combien le sol doit se poser comme le fondement-même de l’agronomie moderne.

Une centaine de personnes (étudiants, agriculteurs, enseignants et conseillers agricoles) ont assisté à la partie théorique du matin. Natacha Delaveau de l’Université de Rennes, Jean-Luc Roger de l’INRA SAD Paysages et Jean-Robert Moronval de l’EPL Eure ont apporté leur expertise et confronté leurs recherches à l’expérience des agriculteurs.

L’après-midi était consacré à la visite de parcelles, chez un « local », Yves Vanoecke, céréalier eurois, convaincu des nombreux liens existants entre pratiques agricoles et vie du sol.

De cette journée riche d’une approche agronomique essentielle, on retiendra que le travail du sol, les apports organiques, la gestion du pH, les pratiques phytosanitaires, la dimension des parcelles, la présence de haies et les couverts végétaux jouent un rôle important pour favoriser la biodiversité des sols, notamment les populations de lombrics et carabes.

Mais surtout, on y aura compris que « sol peuplé » rime avec « sol généreux », et que favoriser la biodiversité des sols n’est pas un vain travail d’amoureux de la nature mais bien une réelle démarche d’agriculteur soucieux d’améliorer la production de ses sols.

>>> Téléchargez le compte-rendu
>>> Téléchargez le support de formation de JL Roger (INRA SAD Paysage)

Réduction d'intrants en polyculture-élevage

  • Visite de ferme en polyculture-élevage Juin 2012

Allier autonomie en protéines et réduction d'intrants en grandes cultures, c'est le pari réussi des frères Delahais ! Grâce à une rotation longue, l'introduction de luzerne, de "mélos" (associations céréales protéagineux), le choix agronomique des couverts, des itinéraires techniques culturaux adaptés, la valorisation de l'herbe par le pâturage, ils gagnent en autonomie sur la ferme et sont moins sensibles aux fluctuations du prix des matières.·

>>> Découvrez les techniques qui leur permettent d'atteindre cet équilibre dans ce dossier

Lin sans intrants