Formation couvertsLundi 7 mars, une quinzaine d’agriculteurs étaient réunis à Combon (27), à l’initiative de Marine Gratecap, animatrice du bassin d’alimentation de captage (BAC) de Tremblay-Omonville. Comme c’est le cas pour de nombreux captages de notre région, ce secteur est concerné par une problématique nitrates.
C’est dans une démarche volontaire que ces agriculteurs ont choisi de se préoccuper de cette question et de rechercher ensemble, en lien avec le syndicat d’eau (SERPN) et différents partenaires techniques dont les Défis Ruraux, des solutions techniques à mettre en œuvre.
Les couverts végétaux ressortent comme un levier intéressant pour capter les reliquats azotés et ainsi limiter le lessivage de nitrates, tout en conférant un grand nombre d’avantages agronomiques : protection et structuration du sol, concurrence des adventices, fourniture d’azote à la culture suivante, amélioration de la vie du sol, rupture des cycles de maladies et de ravageurs…


Si les couverts en interculture sont apparus à l’origine – et sont souvent perçus – comme une contrainte réglementaire, ils s’avèrent être un levier précieux pour mettre en place un système agronomiquement performant et durable.
Soigner le semis, le plus tôt possible. Adapter le choix d’espèces à la rotation. Choisir des dates et modes de destruction optimaux. Des compromis sont souvent à faire en fonction du coût et du temps de travail. C’est pourquoi les couverts végétaux doivent être pensés bien en amont et intégrés à part entière au système de culture.
Un travail de réflexion en groupe similaire sur les choix de couverts végétaux sera proposé sur d’autres BAC tels que Saint-Martin-du-Bec (Pointe de Caux – Etretat) ou au sein du groupe EcoPhyto des Défis Ruraux.

Contact : Thomas Roland