enfant pommeLes élus et les équipes salariées de Pavilly et Yvetot souhaitent intégrer des produits locaux et durables dans les restaurants scolaires des écoles élémentaires et maternelles dont ils ont la charge. Ces écoles restaurent chaque jour 440 convives pour Pavilly et 530 pour Yvetot.
Les deux communes vont renouveler leurs marchés publics de fourniture alimentaire, en janvier 2019. En prévision, elles ont choisi de se faire accompagner par les Défis Ruraux pour réaliser un état des lieux des producteurs locaux aptes à leur fournir des produits durables et/ou bio, et pour les accompagner dans la rédaction de marchés qui permettent aux producteurs locaux de répondre et d’être retenus.
Les marchés publics sont lancés et la remise des offres est prévue à la rentrée. L’attribution devrait intervenir début novembre pour un commencement d’exécution au 1er janvier 2019. Au programme : légumes, fruits et produits laitiers ainsi que, pour Pavilly, une ouverture possible aux poulets et œufs bio, en fonction des réponses reçues. Affaire à suivre !

couvertsLe Lycée Maritime de Fécamp Anita Conti a également choisi de travailler des produits locaux dans sa restauration scolaire, dans le cadre du projet d’établissement fixée par le nouveau directeur M. Molin. La restauration entièrement « fait maison » par M. Chapelle et son adjoint cuisinier est reconnue pour sa qualité par les 130 lycéens demi-pensionnaires. Actuellement, ils utilisent déjà une grande variété de poissons frais qui viennent de la criée à 300 mètres de là, et le pain d’un boulanger de Fécamp qui s’approvisionne au moulin de Vittefleur. Après un premier rendez-vous avec les Défis Ruraux, c’est maintenant la phase d’état des lieux des approvisionnements possibles qui se met en œuvre pour compléter le travail du Lycée. Les lycées et les Défis Ruraux sont soutenus par la Région pour ce travail.

Les élus de Sotteville-lès-Rouen ainsi que les agents en charge de la restauration municipale sont très impliqués dans le développement de l’approvisionnement local et durable. La cuisine centrale de la Ville produit 2 400 repas par jour, notamment distribués vers 13 écoles (primaires et maternelles), 3 résidences autonomie, 1 restaurant municipal 2 centres de loisirs et le portage à domicile.
Les élus et les agents en charge de la restauration municipale ont mis en place un travail sur le gaspillage alimentaire : entre autres réformes issues de réflexions partagées entre adultes et enfants, ces derniers se servent d’abord l’entrée avant de demander leur plat avec une quantité adaptée à leur appétit ; les restes alimentaires sont ensuite triés et pesés afin d’évaluer concrètement les progrès réalisés sur le gaspillage. Actuellement en phase de test sur une école, cette démarche a vocation à être généralisée à la rentrée 2018 sur tous les restaurants scolaires.
L’accompagnement de la cuisine centrale pour l’approvisionnement local et durable est soutenu par la Métropole Rouen Normandie et le Département de Seine Maritime. Il est réalisé par les Défis Ruraux et l’Association Bio Normandie. Après la phase de diagnostic qui se conclura à la rentrée 2018, l’enjeu sera notamment de s’assurer du partage du projet par l’ensemble des personnels de la cuisine centrale et des offices de restauration : l’idée est, grâce aux partenariats avec les divers producteurs locaux, de développer chez les bénéficiaires de la restauration les réflexions sur le bien-manger au travers de prestations saines et de saison.