en-tête newsletter

Le p'tit Défi n°13 - décembre 2014
Voir la version en ligne

Le mot de la présidente

Intérêt général et durable

L’agriculture n’échappe naturellement pas à la crise européanisée, mondialisée. La démographie agricole continue à baisser et les exploitations à se concentrer. L’investissement foncier est de moins en moins l’apanage de des professions de la terre. L’agriculture répond aux mêmes critères économiques que l’industrie planétaire.

Le temps se mesure à l’aune de la rentabilité immédiate.

Cette priorité primordiale s’accommode parfois mal avec un aménagement harmonieux du territoire, le maintient d’une agriculture paysanne, de la qualité de produits alimentaires de proximité, le respect de l’environnement, de la biodiversité, de la santé humaine…

C’est pourquoi les Défis Ruraux s’inscrivent parmi ceux qui tentent une approche globale de l’agriculture et de l’élevage visant à préserver la planète et ceux qui la peuplent.

Car des agriculteurs vivants fièrement de leur travail essentiel, c’est possible. Ça fonctionne ! Et les preuves sont irréfutables.

Agriculteurs et consommateurs sont de facto associés dans la même démarche visant une meilleure qualité de vie.

Sylvie Claes, présidente

Pour mieux se connaître

>>> Trois nouveaux salariés ont rejoint l’équipe des Défis Ruraux, depuis la rentrée de septembre

Lison et SoizicLison Demunck assure, aux côtés de Stéphane Troche, le suivi des porteurs de projets agricoles. Soizic Watrin assure la coordination de nos approvisionnements en produits locaux dans les restaurants collectifs.

Thomas RolandQuant à Thomas Roland, il est en charge de l’accompagnement des agriculteurs dans leurs changements de pratiques en grandes cultures.

Nous leurs souhaitons à tous trois la bienvenue et une bonne prise en main de leurs missions.

Un point sur l’organigramme des Défis Ruraux : à voir ici

 

L'actu des Défis

Manger durable

restaurateur>>> Les restaurateurs aussi veulent travailler les produits locaux

Les Défis Ruraux ont été conviés à participer à quelques réunions du nouveau Club Gastronomie Normande en Seine afin de :

  • sensibiliser les restaurateurs à l'agriculture locale, l'importance de consommer des produits locaux durables et/ou biologiques
  • briser quelques idées reçues : les restaurateurs peuvent se fournir auprès de producteurs en dérogation à l'agrément sanitaire, utiliser du lait cru, des œufs à casser, tout en respectant la réglementation
  • mettre en relation les restaurateurs et les producteurs locaux engagés dans des démarches durables et/ou biologiques

Notre constat majeur est que les restaurateurs sont motivés pour travailler les produits locaux, mais ne savent pas où les trouver, comment se faire livrer…
Nous proposons à tous les producteurs désireux de travailler avec des restaurateurs de nous envoyer un certain nombre d'informations techniques (type de produits, volume minimum de commande, jour de livraison, rayon de livraison) afin de pouvoir les mettre en relation avec les restaurateurs.

Contact : Stéphanie Heuzé

>>> Sensibiliser les élus aux circuits courts

A la demande des élus de la communauté de communes Caux-Estuaire, un voyage d’étude était organisé par les Défis Ruraux, le 4 novembre. Cette journée comprenait une visite du point de vente collective d’Epreville et de la cuisine centrale de Montivilliers.
Les élus sont ressortis satisfaits et enrichis de cette journée-découverte. Ils envisagent d’ores et déjà de développer la promotion des producteurs locaux de leur territoire via divers outils de communication. D’autres initiatives de développement devraient suivre…

Contact : Stéphanie Heuzé

Agriculture durable

>>> Le pâturage, pas à pas...

suivi herbeCette année, les Défis Ruraux ont expérimenté une nouvelle forme de suivi, partant du constat que les changements s'opèrent "petits pas par petits pas" sur le long terme. Ce « suivi de pâturage » concernait les éleveurs laitiers de Seine-Maritime soucieux d’optimiser l’utilisation de leurs prairies. L’objectif était d’acquérir des références sur ce que les agriculteurs du département pratiquaient en termes de pâturage tout en les sensibilisant à l’importance de l’herbe par le biais d’observations, de collectes de données, d’analyses et de conseils.

Pour ce suivi individuel, différents outils ont été mis en place.

Toutes les deux semaines au printemps, puis toutes les trois semaines, les hauteurs d’herbe ont été relevées dans chaque parcelle de chaque ferme. Suite à ces visites, un bilan donnant le stock d’herbe disponible et la croissance de l’herbe observée était envoyé aux agriculteurs. Parallèlement, des analyses de valeurs alimentaires de l’herbe ont été effectuées sur chaque ferme. Ces analyses avaient pour but de montrer aux agriculteurs que l’herbe pouvait constituer un aliment de bonne qualité. De plus, les agriculteurs étaient chargés de remplir un planning de pâturage.

Les données recueillies vont permettre de comparer les différents systèmes et d'échanger au cours d’une journée bilan prévue en décembre.

Audrey Roy, en stage sur cette thématique, a effectué une enquête de satisfaction auprès des agriculteurs participants. Cette enquête a révélé que ce suivi avait suscité l’intérêt des agriculteurs pour les systèmes herbagers. Le suivi a incité les agriculteurs à se questionner sur leurs pratiques. Pour répondre à ces questions, ils sont de plus en plus volontaires pour participer à des journées de groupe.

Ce suivi sera poursuivi en 2015. Il a d’ores et déjà été repensé pour favoriser les échanges et l’autonomie décisionnelle, être plus adapté aux besoins des agriculteurs tout en restant réalisable par les Défis Ruraux. Les résultats de ce suivi seront mis en ligne et consultables sur le site www.agriculturedurable-hautenormandie.fr dans les mois à venir.

Contact : Coralie Henke

patur'agenda>>> Le pâturage au fil des jours…

Pensez à commander votre agenda 2015 spécial pâturage  : construit à l’intention de tous ceux qui souhaitent mieux valoriser leur ressource herbagère, cet agenda d’un nouveau genre égraine au fil des saisons les repères de base du pâturage… et les clés qui permettent d’envisager la transition vers un système plus économe-autonome ! Il est disponible sur demande auprès de Bertrand.

>>> Formation « sol et prairies » : se réapproprier la compréhension de son sol

formation sol et prairiesLe sol est l’outil de travail n°1 pour l’agriculture ; et pourtant, rares sont ceux qui savent observer et comprendre leur sol. C’est pourquoi, les Défis Ruraux ont fait intervenir Jean-Pierre Scherer, formateur spécialisé sur l’observation du sol lors de deux journées de formation en Pays de Bray et de Caux.
Grâce à une méthode simple alliant observation du sol et de la flore, les participants ont appris à regarder le sol et à en tirer des enseignements sur les pratiques les plus adaptées à leur sol. Parmi les sujets abordés :

  • comment garder un bon équilibre entre humus stable et matières organiques facilement fermentescibles ?
  • comment savoir si le chaulage est nécessaire et à quelle dose ?
  • que faut-il regarder lorsque l’on observe son sol ?
  • comment interpréter les analyses de sol ?

Suite à la formation, une liste d’échanges par mail a été créée de manière à ce que les participants puissent échanger sur leurs observations de terrain et continuer à travailler la thématique. Elle est ouverte à toute personne intéressée (en faire la demande à Coralie). Sur demande, un technicien des Défis Ruraux peut également venir aider à interpréter un profil sur votre ferme.

Pensez également à commander vos plannings de pâturage 2015 !

Contact : Bertrand Farrié

>>> Les changements de la PAC 2015

La PAC 2015 a connu de profonds changements, dans lesquels il n’est pas toujours aisé de se retrouver… Une formation de 3 jours répartis sur 2 mois est proposée par l’association « Espoir Rural ». Cette formation se tiendra les 11 décembre 2014, 6 et 27 janvier 2015 à la salle des Fêtes de Grémonville et bénéficiera de l’expertise d’intervenants multiples : parc naturel régional des Boucles de la Seine normande, Solidarité Paysans, Chambre d’agriculture de Seine-Maritime, Défis Ruraux, GRAB HN et Région Haute-Normandie. Voir la plaquette ici.

Contact : Stéphane Troche

Bois énergie

>>> Les générateurs d'air chaud biomasse en agriculture
générateurIl existe une offre d'équipement de chauffage au bois déchiqueté produisant de l'air chaud pulsé sans passer par la production d'eau chaude. Ces équipements existent dans une gamme de puissance très large démarrant à 30 kW jusqu'à plusieurs MW et doivent être étudiés pour les projets nécessitant de l'air chaud : soit pour sécher fourrages ou céréales, soit pour chauffer de grands volumes (bâtiments d'élevage de volailles, serres…) Lire la suite (atouts et limites)

Pour plus d'informations, une visite est prévue par le SEGRAFO au GAEC du p'tit bois le 4 décembre à Meillac (35) : visite d’une chaudière Villoria Otero 480 kW sur un séchoir de 400 tonnes de fourrage.
Il existe également un retour d'expérience en région Pays de la Loire où 3 générateurs biomasse de marque Mabre (2 générateurs de 720kW et 1 de 1 MW) ont été posés, en partenariat avec Agri Consult, sur des séchoirs à maïs de 400 tonnes et 1000 tonnes par an.

Contact : Denis Hernandez

>>> Commande de granulés pour les collectivités : des avantages à se regrouper

granulésL'article 8 du code des Marchés publics décrit les conditions dans lesquelles les collectivités peuvent se regrouper pour faire leurs achats. Il y a la plupart du temps un véritable intérêt économique à cette démarche notamment sur les combustibles.
L'avantage pour le fournisseur tient au volume important contractualisé sur une durée longue. Le groupement doit désigner un chef de file qui centralise les besoins prévisionnels du groupement. Il peut ou non centraliser les commandes et les paiements des communes membres.
Il faut également rédiger une convention constitutive du groupement sur les règles d'entrée et sortie du groupement et désigner un groupement d'appel d'offre pour rédiger l'appel d'offre. Il doit être validé par les votes des municipalités adhérentes.
Un risque demeure pour le fournisseur dans la mesure où les besoins prévisionnels sont estimatifs et pas forcément respectés par le groupement. C'est à la commune chef du groupement de veiller au respect des volumes prévisionnels.
L'augmentation du nombre de chaufferies collectives aux granulés dans le département (15 en fonctionnement) devrait inciter les collectivités à réfléchir à la mise en place de cette démarche.

Contact : Denis Hernandez

>>> Plantez des arbres !
plus d'arbres, plus de vie !L’office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe donne gracieusement des plans d'arbres aux organismes publics ou privés souhaitant organiser une opération pédagogique autour de la plantation de haies. Plus d'informations : http://www.plusdarbres-plusdevie.org/

Contact : Denis Hernandez

>>> Augmentation du taux du crédit d’impôt à 30 % pour les chaudières au bois
forêtLe projet de loi de finances pour 2015 met en place le crédit d'impôt pour la transition énergétique au 1er septembre 2014, en remplacement du CIDD, avec un taux unique de réduction d’impôt de 30 % sans obligation de réaliser un bouquet de travaux.
Une mesure transitoire permet aux contribuables ayant effectué une première action éligible au bouquet de travaux entre le 1er janvier 2014 et le 31 août 2014 et une seconde action à partir du 1er septembre 2014, de bénéficier du taux de 25 % pour la première et de 30 % pour la seconde.
Consultez la fiche d’information de l'Ademe sur le crédit d’impôt transition énergétique du 1er septembre 2014 au 31 décembre 2015 qui détaille notamment les conditions nécessaires pour bénéficier de ce dispositif, les travaux éligibles et les caractéristiques techniques exigées et les possibilités de cumul avec d’autres aides.
Éco-conditionnalité au 1er janvier 2015 : à cette date, le recours à un professionnel portant la mention RGE ("reconnu garant de l'environnement") sera nécessaire pour bénéficier du CIDD. Le site officiel rénovation-info-service propose un annuaire des professionnels RGE.

Contact : Denis Hernandez

AgendaL'agenda des Défis



Jeudi 15 janvier / 9h30-18h
« Demain, je m'installe » Forum régional de l’installation agricole à l’hôtel de Région (Rouen) - Session spéciale étudiants dès 9h
+ d'infos : lison.demunck@defis-ruraux.fr ou 02.32.70.43.57

Vendredi 23 janvier
Formation "Aromathérapie en élevage laitier"

Mardi 3 février
Formation "Mettre en place son système de pâturage en élevage laitier"

Mercredi 4 février

Formation "Mettre en place son système de pâturage en élevage allaitant"


coquelicots

Copyright photos : R. Lemonnier, © stockyimages - Fotolia.com, Défis Ruraux.
.

Cliquez ici pour vous désabonner de la newsletter


L'actu des Défis Ruraux